Hallux valgus : les meilleures solutions chirurgicales

Hallux valgus

L’hallux valgus est une pathologie secondaire à une excroissance osseuse. Il provoque une déformation du pied, et aussi des douleurs dans les cas les plus avancés. Peu esthétique, et parfois handicapante, cette maladie touche un bon nombre de Français. Oui, il existe quelques traitements médicaux pour soulager la douleur. Mais si vous voulez un traitement définitif, la chirurgie est faite pour vous.

Quand opérer un hallux valgus ?

La chirurgie est à envisager, surtout si vous ressentez les symptômes suivant :

– Des douleurs rebelles, qui persistent malgré la prise d’antalgique classique

– Une difficulté de chaussage

– Des gênes durant la marche

– Ou une déformation importante.

Mais si les symptômes touchent les autres orteils, la chirurgie est le premier traitement à adopter.

SI vous présentez un de ces symptômes, il est recommandé de consulter chez le meilleur chirurgien en hallux valgus. Vous pourrez y bénéficier de consultation spécialisée, et aussi d’une prise en charge de qualité, en fonction de l’évolution de votre pathologie.

De la consultation aux soins postopératoires : comment se dérouler le traitement chirurgical ?

– La consultation : ici, le chirurgien va examiner votre pied, et va évaluer la possibilité d’une intervention chirurgicale. Il va vous prescrire des examens radiologiques, et quelques bilans sanguins.

– La consultation préanesthésique : cette étape est nécessaire pour écarter tout incident lors de l’anesthésie.

– L’hospitalisation : en général, vous serez hospitalisé pendant une journée.

– Focus sur le traitement chirurgical : les chirurgiens les plus expérimentés optent pour la chirurgie mini-invasive pour traiter l’hallux valgus. Cette technique se fait sous anesthésie locorégionale. L’opération va durer une heure en moyenne. Le chirurgien fera une petite incision au niveau de votre pied. Il va ensuite corriger la déformation, en réalisant des fractures osseuses. Pour mieux réaxer l’os, il est parfois nécessaire d’allonger vos tendons, ou d’intervenir sur vos articulations. Le chirurgien décidera de la meilleure technique une fois sur la table d’opération. Quelques vis sont nécessaires pour stabiliser le tout, jusqu’à la consolidation complète de l’os.

– Les soins postopératoires : le chirurgien va vous prescrire des antalgiques pour atténuer les douleurs. Les pansements se feront 21 jours après l’intervention.

– Les consultations de contrôle : elles seront définies en fonction de la réussite de l’opération, l’évolution de l’hallux valgus. Le chirurgien va évaluer les éventuelles douleurs, la mobilité de votre gros orteil, le chaussage, et la marche. Il va aussi refaire votre pansement afin d’évaluer la cicatrisation.

– La kinésithérapie : elle va améliorer la rééducation et la reprise de vos capacités fonctionnelles. Il est ainsi recommandé de contacter un kinésithérapeute, dès votre sortie de l’hôpital.

 Les précautions à prendre après une intervention chirurgicale

– Les pansements : protégez-les durant vos douches ou vos bains, ils ne doivent pas se mouiller.

– Les traitements médicamenteux : vous pourrez prendre des antalgiques pour atténuer vos douleurs. Dans certains cas, votre médecin va vous prescrire des anticoagulants. Ces médicaments vont prévenir la formation de caillot dans vos vaisseaux. Faites très attention aux traumatismes, car vous risquerez d’avoir une hémorragie grave. Des crèmes sont aussi recommandées pour accélérer la cicatrisation de l’incision.

– La marche : vous pourrez vous appuyer sur votre pied, sans le déplacer. Ensuite, vous devez porter des chaussures postopératoires dans les 3 semaines qui suivent l’intervention chirurgicale. Ces chaussures vont améliorer votre confort, et vont faciliter vos déplacements après l’opération. Vous pourrez aussi utiliser une canne pour les longues marches. Néanmoins, évitez de marcher plus de 30 minutes.

– La convalescence : elle va durer 21 à 45 jours. Vous pourrez bénéficier d’un arrêt de travail durant ce délai. Évitez toutes activités extrêmes durant cette convalescence pour assurer votre rétablissement.

– La conduite : pour assurer votre rétablissement, évitez de conduire pendant au moins 3 semaines.

 

 

Soins dentaires : comment faire face aux urgences ?
MEDIPRIX, une pharmacie du futur