Qu’est-ce que la dépendance à la drogue ?

drogue

La drogue est bien connue pour ses effets nuisibles sur le cerveau et le corps. Bien qu’interdit par la loi, elle se répand partout dans le monde et beaucoup en sont même dépendants. Dans ce contexte, comment savoir quand une personne est soumise à la drogue dépendance ? Et comment y remédier ?

La drogue : Définition, dépendance et usage

Par définition, la drogue correspond à un produit qui impacte le psychisme d’un individu. Elle peut influer sur le métabolisme du corps et sur le fonctionnement du cerveau. À vrai dire, cette substance fait effet sur la perception, le comportement, l’humeur, la psychologie et les capacités physiques de l’Homme. Ceci dit, son usage engendre des effets néfastes sur la santé. C’est la raison pour laquelle sa consommation n’est pas autorisée par la loi, une information soulignée par le site www.drogues-dépendances.fr. D’autant plus, en consommer peut aboutir à une dépendance dont les manifestations sur le cerveau et le corps diffèrent d’une personne à une autre. De nombreuses sortes de drogues existent dont les plus connues sont le cannabis, les amphétamines, la cocaïne et l’alcool.

Par ailleurs, il faut savoir faire la différence entre usage et dépendance. Tout d’abord, l’usage traduit une consommation modérée qui n’affecte quasiment pas le comportement et la santé de chacun. Ce cas de figure apparaît généralement chez les adolescents qui, poussés par leur curiosité, succombent à la tentation. D’un autre côté, l’addiction, plus conséquente, agit sur le cerveau et le corps de façon à ce que le sujet ne puisse plus s’en passer. Très souvent, la drogue dépendance résulte d’une souffrance psychologique, voire d’un traumatisme sévère.

Les symptômes de l’addiction

Au tout début, le consommateur ne prend pas systématiquement conscience qu’il est devenu dépendant à la drogue. La fréquence d’absorption devient de plus en plus importante et les symptômes surgissent petit à petit. Les efforts produits pour diminuer ou stopper la consommation n’ont pas porté leur fruit. À part cela, le malade ressent une envie obsessive qui se manifeste n’importe où, et surtout dans les lieux où ces substances ont été acquises ou consommées auparavant. En outre, le concerné ou son entourage remarque un relâchement quant à la réalisation de ses obligations au niveau de la société.

Pour illustrer, la famille, le travail et l’école sont pris moins au sérieux. Aussi, l’addiction est confirmée lorsque le dépendant ressent une envie à son apogée dans des situations de danger physique. D’autre part, la drogue dépendance se caractérise aussi par l’incapacité d’arrêter même si les dégâts sociaux et interpersonnels causés par sa consommation demeurent évidents. Parfois, la drogue entraîne un souci grave tant physique que psychologique chez l’être humain et malgré la constatation des effets flagrants, il ne peut s’en passer. Pour finir, l’addiction se manifeste par des signes de sevrage comme des tremblements, nausées, malaises et même dépressions lorsque le drogué décide d’arrêter.

Les différents types de dépendance

De manière plus directe, un individu est dépendant lorsqu’il ne peut plus arrêter de prendre de la drogue même s’il en meurt d’envie. Son quotidien est centré sur la recherche et la prise de substances. Cette addiction peut se distinguer en 2 catégories, à savoir la dépendance physique et la dépendance psychologique.

En ce qui concerne la dépendance physique, elle se caractérise par une demande de l’organisme quand la concentration de la substance dans le corps dépasse un certain seuil. Cet état de manque s’illustre par des symptômes physiques que l’on appelle syndrome de sevrage. Néanmoins, il faut noter que les conséquences physiques varient en fonction du produit consommé (cannabis, alcool, médicaments thérapeutiques, etc.). Concernant la dépendance psychologique, celle-ci se manifeste par l’obsession de reprendre les mauvaises habitudes après que le sujet ait décidé d’arrêter. À cela s’ajoutent les troubles mentaux et émotionnels. L’arrêt de consommation entraîne un sentiment de malaise qui aboutit parfois à une dépression. En effet, il semble presque impossible de vivre brusquement sans le produit. Pour ce faire, du temps est nécessaire. Cette abstinence engendre une sensation de mal-être déjà éprouvée auparavant et qui a pu provoquer la prise de la drogue.

Les conseils pratiques

Se priver de la consommation de drogue est certes difficile, mais c’est bel et bien possible. Pour ce faire, il faut avant tout cerner la raison qui vous pousse à prendre cette décision : pourquoi vouloir se défaire de la drogue dépendance ? Prendre conscience des raisons de ce choix de vie va vous motiver et vous aider à vous y préparer dans les meilleures conditions. Puis, le deuxième pas à franchir consiste à considérer au préalable les conséquences psychologiques et physiques qui feront surface. Un sentiment de vide associé à une perte de repères apparaît durant les périodes d’arrêt. Ainsi, mieux vaut adopter un mode de vie plus sain et s’écarter des mauvaises fréquentations précédentes.

Il est tout à fait possible d’arrêter seul. Toutefois, il est plus facile de se faire aider. De ce fait, avant d’interrompre la consommation, il est judicieux de consulter un expert en addictologie pour comprendre le type de dépendance et ajuster ensuite le processus d’arrêt. En outre, l’entourage peut représenter une aide précieuse. La motivation est plus grande et le soutien des proches durant la sensation de manque peut s’avérer déterminant.

Bien choisir son chirurgien du genou et de la hanche
Guide pratique sur le dentier fixe sur implant